La révolution numérique qui change la conscience humaine

« La conscience est le don le plus précieux que Dieu ait fait à l’homme. »
Conscience ! conscience ! instinct divin ; immortelle et céleste voix ; guide assuré d’un être ignorant et borné, mais intelligent et libre ; juge infaillible du bien et du mal, qui rend l’homme semblable à Dieu ; c’est toi qui fais l’excellence de sa nature et la moralité de ses actions, sans toi je ne sens rien en moi qui m’élève au-dessus des bêtes, que le triste privilège de m’égarer d’erreurs en erreurs, à l’aide d’un entendement sans règle et d’une raison sans principe.

Comment la révolution numérique a changé la conscience humaine ?
« C’est une révolution vraiment anthropologique, beaucoup plus que technologique. » Selon l’artiste et philosophe Hervé Fischer, l’arrivée d’Internet a créé une conscience planétaire en temps réel, inédite dans l’histoire de l’évolution, et la biologie humaine peut à peine la contenir. Il explique à Stéphan Bureau pourquoi l’homme aurait besoin d’une mutation du cerveau pour que sa sagesse soit à la hauteur de sa puissance.

Hervé Fischer estime que la révolution numérique est la plus importante à avoir eu lieu depuis la découverte du feu.

Projeté dans l’instant
« On est avec un code binaire – 1 ou 0 – qui est trivial, et pourtant, ce code binaire crée de la conscience humaine, explique-t-il. Nous avons tous les jours une conscience planétaire de ce qui se passe sur notre Terre. Partout et tout le temps. Ça n’a jamais existé dans l’histoire de l’humanité. Avant, chacun était dans sa vallée. […] J’apprends qu’il y a, ici, une catastrophe humanitaire; j’apprends que là, il y a une catastrophe naturelle. J’ai une émotion pour ça. Dans le numérique, on est dans l’événementiel et dans l’émotif. Je veux réagir, je veux dénoncer, je veux aider… J’augmente ma conscience de ce qui se passe à l’échelle planétaire, et ça rejoint la question des droits humains. »

Éthique planétaire
Le spécialiste est optimiste quant aux effets de cette révolution : « Nous avons maintenant ce que j’appelle une éthique planétaire. Elle est universelle parce qu’elle est basée sur les droits élémentaires de l’être humain – à la protection, à la santé, à l’éducation, à la sécurité publique… Plus elle est bafouée – car elle est bafouée constamment –, plus nous avons un sentiment qu’il faut collectivement intervenir, faire quelque chose, apporter sa contribution individuelle, et ça finit par faire un effet général. »
Source : http://www.radio-canada.ca

Répondre

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.